L'EPI - Comment faire et Quoi faire ?

L'EPI - Comment faire et quoi faire ?

Enseignants

La réforme du collège 2016 fourni dans son cortège de nouvelles dispositions avec entre autre, l’EPI.
Tous les enseignants n’ont pas reçu cette nouvelle disposition de façon égale.
L’EPI propose « une nouvelle modalité d’enseignement », avec l’idée d’enseigner des disciplines traditionnelles de manière différentes.

 

Enseigner de manière différente ?

Il est certain que par « différent »,  la taille du groupe est déjà un nouveau contexte d’apprentissage différent. Mais une question demeure, « Comment enseigner différemment ? » La taille du groupe modifie considérablement les interactions, les échanges et s’il est facile de changer l’organisation, et changer de forme d’apprentissage ne s’improvise pas. Lorsque l’on parle avec un individu, il est facile de comprendre sa situation, ses questions, ses demandes, il nettement moins facile de comprendre son fonctionnement, ses besoins (souvent différent de la demande) et lorsque l’on travaille en groupe restreint devient vite cela une aptitude et des compétences à développer. Il y a une différence fondamentale entre « je comprends ce qu’il me dit, me demande » et « je comprendre comment il fonctionne, et ses vrais besoins ».

L’APR (Accompagnant Profil Ressource) est un ensemble de techniques et d’outils pour, à la fois comprendre l’individu, son fonctionnement, ses besoins, ses émotions, et aussi pour agir, pour développer des aptitudes et des savoir-faire. Ces deux points, comprendre et agir, font permettre de proposer des solutions, des stratégies d’apprentissages, des types d’interaction spécifique à l’élève, et non plus de fournir une réponse « toute faite ». L’APR propose, pour chaque situation, à objectifs identiques, de par l’unicité de chaque élève, une approche spécifique adaptée à l’élève.

Aurélie a commenté un de nos articles avec son retour d’expérience sur l’EPI

Dans son établissement. (ci-joint, le lien https://lc.cx/Jxw5 commentaire d’Aurélie en bas de page). Aurélie a proposé pour favoriser l’apprentissage de langue (elle enseigne l’italien) un travail sur l’estime et la confiance ne soi. C’est effectivement un travail qui permet bien des possibles, pour apprendre, pour s’intégrer dans un groupe, pour développer des aptitudes, et bien plus encore…

Aurélie, effectivement, l’APR fourni bien plus que cela et ce que vous avez découvert avec le livre (d’APR) « Estime et Confiance en soi – Une vraie méthode » (https://lc.cx/oCFC) est qu’une infime partie des techniques proposées par l’APR. Je vous suggère de nous contacter directement par le bief du notre site pour une réponse plus adaptée.


Je reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

Thierry ROUBIRA

 contact@cap-reussite.info

Visitez nos pages solutions :

Estime et confiance en soi
http://www.coaching-formation-lyon.fr/nos-formations/estime-et-confiance-en-soi

Formation Accompagnant (Accompagnant Profil Ressource – APR)
http://www.coaching-formation-lyon.fr/nos-formations/formation-accompagnant

 

 Nous contacter.

Commentaire (0) Clics: 385

Enseignants en difficulté

Profs en résistance

Enseignant en difficulte

Combien d’enseignants sont aujourd’hui en situation de stress, de doute, la voie toute tracée pour la dépression.

Les arrêts de travail pour dépression sont fréquents pour les profs, entre leur mission de transmettre, la pression sur les chiffres et les résultats à obtenir, le manque de concertation et de dialogue dans la hiérarchie, les moyens pas toujours au rendez-vous, les élèves de classe difficiles, comment faire face ?

 

L'enseignant est seul face à ses difficultés

L’enseignant est seul, les solutions lui paraissant les plus logiques, c’est tenir, faire de la résistance et s’accrocher. Tenir c’est très couteux pour sa santé, pour son moral, pour sa vie personnelle, et on est très loin de la passion pour le métier que l’on avait choisi au départ.

Alors est-ce le métier, qui a tellement changé, ou est-ce les conditions autour du métier ?
Peut-être qu’effectivement le métier d’enseignant a changé, il faut être un apprenant, un psy, un flic, une machine à faire du résultat, un bon petit soldat pour son administration…
Alors certains enseignants pourraient dire, il faut tout changer : le programme, le comportement des élèves, la mentalité des parents,  l’organisation scolaire, les moyens éducatifs…

Si tout était repensé, on serait enfin serein dans notre métier, il serait facile de s’y investir, et de s’y épanouir.
Mais raisonnablement, peut-on effectuer tous ces changements, peut-on influer sur tant d’éléments ? Et si cela était possible, combien faudrait-il de temps, 5, 10, 20, 50 ans ?
Sous prétexte que cela va prendre du temps, faut-il vraiment ne rien faire ?
Baisser les bras ne pas être une solution, entrer en résistance est bien sur une option, mais où se trouve le plaisir, la passion d’enseigner et de transmettre dans cette attitude ?

S’il est très difficile de changer tout le contexte éducatif aujourd’hui, tout particulièrement à court terme, il faut envisager la voie la plus simple, changer soi-même.
On peut tout reprocher au système, aux autres, et en même temps, la seule variable sur laquelle on peut influer à court terme, et à son gré, c’est nous-même.
Pour notre morale, pour la qualité de notre travail, pour nos émotions, pour notre passion, pour notre épanouissement, ce ne sont pas les autres ni le système qui les ressentent, c’est bien nous-même, alors soyons efficaces, soyons responsable de notre vie.

Alors quelles sont les pistes ?

Des options existent :

  • Changer de métier
  • Attendre la reraite
  • Entrer en résistance
  • Se désinvestir pour éviter la dépression
  • Se prendre en main

Les solutions

Toutes ces options sont envisageables, et en même temps, elles posent aussi bien d’autres questions toutes aussi difficiles à répondre. Le dernier point « se prendre en main » à bien évidement ma préférence, puisque c’est l’élément sur lequel j’ai le plus d’impacts et de possibilités.
La réflexion se fera à partir du postulat qui consiste à dire, « je fais les changements nécessaires pour vivre mon métier d’enseignant plus sereinement ».

Se prendre en main peut-être envisagé sous plusieurs angles, pour des solutions à court termes, ce qui n’exclue pas d’autres solutions plus radicales, qui demande parfois plus de temps.

Quels sont les grands axes d’option possibles :
- Développer des aptitudes pour mieux vivre les situations stressantes.
- Aborder son travail autrement, avec d’autres outils, avec d’autres approches, d’autres objectifs personnels.

Alors comment s'y prendre

Le premier axe, se former. Bien sûr qu’un enseignant dont justement le métier est d’apprendre, sera naturellement favorable cette solution. Si la formation et l’apprentissage sont bons pour les autres, cela est vrai aussi pour soi-même, ou alors, croit-on encore à la formation  et l’enseignement, et c’est un autre débat.

Pour le premier point concernant les aptitudes pour mieux vivre son métier d’enseignant et son environnement pas toujours facile, il y a la voie sur la confiance et l’estime de soi. C’est souvent un axe de travail ignoré et pourtant, sa capacité à mieux vivre les situations, à être plus serein permettent de s’affranchir de nombreuses situations stressantes et d’émotions peu confortables.
Il y a aussi les techniques de communication, qui permettent d’aborder des situations difficiles ou potentiellement conflictuelles, plus facilement, sans stress, ni conséquences néfastes. Il faut des outils et techniques efficaces, pragmatiques qui ne demandent pas de plus de temps, juste plus de compréhension. Les plannings des enseignants sont déjà bien chargés et l’idée n’est pas d’avoir avoir à faire plus, juste faire autrement.

Le deuxième point permet de vivre son métier avec passion.
Les techniques pour repérer le fonctionnement de l’autre, de ses besoins, permettent aussi de mieux comprendre pour agir efficacement avec les autres.
Il existe des programmes réellement efficaces, faciles à mettre en place, ludique (le plaisir de faire et d’apprendre est crucial) et pour traiter ces sujets très importants.
Le deuxième point, concernant « aborder son travail autrement », c’est un axe très intéressant puisque même si l’enseignant à un programme, la façon de l’aborder peut faire l’objet de nouvelle approche, d’une animation différente. Dans sa classe, on a la possibilité d’aborder son travail de la façon qui nous parait le mieux pour notre classe et pour les résultats que l’on se fixe à atteindre.
On connait tous le film « Le cercle des poètes disparus », superbe ! En même temps, nous ne sommes pas obligés de faire monter nos élèves sur les tables pour être novateurs, et juste pour faire autrement.

Repenser ses cours et la façon de les animer, c’est du travail et en même temps, si l’on du changement, le plus sûr moyen de l’obtenir c’est d’en être l’auteur.
Ces nouvelles approches vont nous permettre de retrouver une qualité d’exercer et avec des moyens différents, des objectifs qualitatifs personnels nouveaux répondant aussi aux objectifs de résultats qu’on nous impose souvent sans nous proposer de réels moyens de les obtenir.

Alors des questions se posent:

Quoi faire ?
Comment le faire ? 
Et qui finance ?

Concernant le « Quoi faire ? », il ne peut pas avoir de réponse unique, c’est bien à chacun d’envisager les options à mettre en place pour favoriser un confort de travail et d’esprit. Le travail de réflexion peut se faire seul ou accompagné, avec un professionnel de l’accompagnement, un coach, un ou une amie. La piste d’un professionnel (coach) est peut-être la meilleure, elle a un coût, et en même temps le mal vivre dans son métier en a un aussi très coûteux.

Pour le « Comment faire ? » C’est question est très dépendant de la précédente, « Du quoi faire ? » et là encore les solutions sont nombreuses.
La formation est un axe intéressant, elle permet d’enseigner différemment en enrichissant sa façon de faire, de se fixer d’autres critères qualitatifs personnels. Si nous ne pouvons pas influencer sur nos programmes pédagogiques, nous pouvons les aborder, les traiter autrement, et une des solutions est peut-être ici.
De quelques heures de cours par semaine et par classe, à plusieurs jours par semaine, il faut avouer que l’approche, les objectifs et les stratégies envisagées seront bien évidemment différents. Pour ce dernier point, j’aime à penser, qu’heureusement, il y aura de nombreuses options et c’est justement ce qui fera ces possibilités qui ont font la richesse et qui peuvent satisfaire le plus grand nombre.

 Vous avez trouvé « quoi et comment faire ? », maintenant qui finance ?

Les formations assez rarement financées par l’éducation, ou les établissements privés, il reste la possibilité d’autofinancement, et c’est là que le bât blesse.

Le prix de formations s’envole parfois à plusieurs milliers d’euros, et certaines dépassent très largement les 5000€, si leurs coûts est déjà un vrai handicap, pouvoir les suivre est aussi une autre difficulté très contraignante.
Aujourd’hui, il existe des formations pour adulte en activité, et donc pour les enseignants, avec des méthodes modernes, à distance, en soirée, en E-learning …, dont les coûts sont réellement abordables et finançables personnellement.
Il est évident que ces solutions demandent un investissement personnel, en temps, et financier.
Devant l’offre croissante, l’enseignant pourra comparer, faire des choix en fonction de ses possibilités, et de sa disponibilité, le maitre mot, faites-vous aussi plaisir à choisir des méthodes nouvelles et efficaces.

Votre contribution
Nous vous proposons de commenter, ou d’apporter des sujets vous concernant soit des sujets sur lesquels vous souhaiteriez des réponses ou suggestions, soit des sujets sur lesquels vous avez trouvé des réponses.

Avec passion

Thierry

 

Visitez nos pages solutions :

Estime et confiance en soi
http://www.coaching-formation-lyon.fr/nos-formations/estime-et-confiance-en-soi

Formation Accompagnant (Accompagnant Profil Ressource – APR)
http://www.coaching-formation-lyon.fr/nos-formations/formation-accompagnant

 

 Nous contacter.

Commentaire (0) Clics: 1048

Education

Le métier d’enseignant est très exigeant et les difficultés rencontrées sont de plus en plus nombreuses.

Situation

Le ras le bol des profs
Il y a une multitude de sujets relevant du mal être des profs, des enseignants, des éducateurs, et notre intention n’est pas ni de tous les citer, et encore moins de répondre à tous.

Nous allons vous proposer d’échanger, en apportant des sujets, et vous enseignants, éducateurs, d’y apporter votre contribution avec vos commentaires et vos propres sujets.

De notre côté, nous pouvons apporter des solutions répondant à certaines de vos difficultés, et nous vous les présenterons.

Accident de la vie

Difficultés

La liste des situations et difficultés auxquelles doivent faire face les enseignants est longue et nous vous proposons d’échanger sur les thèmes suivants :

  • La solitude du prof face à sa classe
  • Comment gérer un conflit avec un élève
  • La pression de la hiérarchie (proviseur et inspecteur)
  • La dépression des enseignants
  • Des conditions de travail difficiles dans les zones d’éducation prioritaires (ZEP)
  • La prise en compte du travail et l’investissement des enseignants
  • Gérer ses émotions face à la classe
  • Emploi du temps surchargé du professeur
  • Trouver un sens à son métier de professeur
  • La pression des parents
  • Des parents violents contre le professeur
  • Comment motiver et donner envie d’apprendre aux élèves
  • Prendre en compte le profil d’apprentissage dans sa pédagogie
  • Les lacunes pédagogiques des enseignants
 

Les enseignants organisent et travaillent dans leurs classes comme ils le souhaitent et ils apprécient cette forme d’indépendance. Cette indépendance est parfois transformée en isolement. Isolement face à de nombreuses difficultés rencontrées dans leurs fonctions. Le ras le bol du prof, les dépressions, les arrêts de travail sont légions et souvent l’enseignant doit faire face seul aux problèmes qu’il rencontre.

Des solutions

Face à toutes ces situations, il peut y avoir que des solutions multiples, et pour la même situation en fonction de chacun, il y aura encore de nombreuses options possibles.

Reconversion

Une solution à laquelle de plus en plus d’enseignants ont recourt, c’est la reconversion professionnelle, et cette solution n’est pas facile à réaliser. Ce n’est pas une fuite, si la passion n’est plus là, si l’envie non plus, si les mauvais côtés l’emportent sur les bons, partir c’est s’offrir une autre chance.

Analyse de la pratique

Pour améliorer les situations, on propose à certains des séances d’analyse de la pratique, mais l’enseignant, dans beaucoup de ces cas n’est pas demandeur de cette forme d’accompagnement. Les séances sont souvent animées par des psychologues, et l’écoute, même si elle est très attentive n’est pas le demande de l’enseignant, il attend aussi des réponses.

Démarche personnelle

Beaucoup de réponses ne sont pas d’ordre techniques et sont plus de l’ordre du savoir-être, de sa capacité à se comprendre, à comprendre les élèves, à solutionner des problèmes d’ordres comportementaux.
Si l’enseignant est un « spécialiste » de la matière enseignée, il ne l’est pas forcément des problèmes périphériques liés à son rôle. La discipline, la violence (élèves et parents), la motivation, la surcharge des classes, le stress, …, sont autant de situations auxquelles il doit faire face, mais est-il réellement préparé ?

L’enseignant doit, dans la majorité des cas, gérer seul ses difficultés et il se trouve désemparé. Il n’est pas formé pour appréhender toutes ces difficultés.

Les enseignants de plus en plus doivent compter sur eux-mêmes et on recourt à un travail personnel. Les thérapies, la psychologie, l’analyse, la formation, sont aujourd’hui communément employées par les enseignants et éducateurs.

Beaucoup de méthode sont plutôt curatives, mais ce genre d’approches ne fait que repousser les problèmes.
Nous préconisons la formation à des techniques nouvelles, elles ont le méritent de fournir des vrais moyens de traiter et souvent de façon aussi préventives.

 Autre article à consulter
Mal être des enseignants et profs

 

La méthode Accompagnant Profil Ressource
Pour en savoir plus cliquez ici

Accident de la vie

La méthode Accompagnant Profil Ressource (APR) est une méthode qui offre de nombreux avantages, tant dans son approche que dans son utilisation.

Dans cette méthode nous y trouverons trois grands axes :

  • Comprendre l’autre
  • Fournir des outils et méthodes
  • Donner des solutions

La méthode Accompagnant Profil Ressource est centrée des outils et techniques permettant de fournir des solutions, et de trouver des pistes ou options de solutions.

 

La méthode APR peut avoir deux aspects, souvent liés, un sur des nouvelles compétences pour soi-même et aussi des compétences à fournir aux autres, les deux ensemble constituent forcément un énorme plus.

On va traiter des moyens de trouver des solutions, d’améliorer sa communication, de comprendre les systèmes d’apprentissage, de remotiver, de repérer des freins et de ressources, de gérer son stress, améliorer et restaurer son estime et confiance en soi, …

Tout ne se traite pas avec la méthode APR, mais bien des sujets pourraient y trouver des ressources, et faciliteraient la résolution de difficultés.

Un énorme avantage de la méthode Accompagnant Profil Ressource, c’est qu’il est nul besoin, qu’on l’utilise pour soi ou pour les autres, « d’entrer en séance ». La méthode APR se glisse et s’adosse à votre fonction, votre métier, de façon invisible.

Votre contribution

Nous vous proposons de commenter, ou d’apporter des sujets vous concernant soit des sujets sur lesquels vous souhaiteriez des réponses ou suggestions, soit des sujets sur lesquels vous avez trouvé des réponses.

Vous souhaitez en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir plus sur les techniques d'APR, cliquez sur le lien ci-dessous, et lisez les pages sur ce sujet. Vous pouvez aussi visionnez une vidéo explicative sur le sujet.

Plus sur l'APR.

Si vous souhaitez nous conctater, pour obtenir plus d'informations, sur la méthode, son contenu, les formations, les stages d'été en visioconférence, cliquez ci-dessous.

Nous contacter.

Commentaire (4) Clics: 3396

Mal être des enseignants et profs

Enseignant, un métier qui change mais va-t-on vers le meilleur ?

Contexte

Le métier d’enseignant au fil des décennies est devenu très difficile.

Ce n’est pas le contenu de l’enseignement qui se complexifie, c’est l’environnement. Lorsque l’on parle de l’environnement, il s’agit du métier et des attentes des enfants, des parents, de la hiérarchie, de l’institution.
Et que fait-on de l’attente des Enseignants ?

Depression prof
D’autres ont choisi de démissionner, et de quitter ce noble métier, plein d’avantages, vacances, sécurité de l’emploi, fonction prestigieuse. (c’est une boutade bien sûr)
Si l’on peut comprendre (pas accepter) les problèmes, et ils sont nombreux, violences verbales, injures, violences physiques, pressions de la part des élèves et de leurs parents, il est moins facile à d’avoir « à lutter » avec des personnes de son propre camp, collègues, hiérarchie, institution.
Les enseignants qui font de la résistance essaient de tenir, s’essoufflent, et combien de temps vont-ils tenir ?
Certains se sont désengagés psychologiquement et intellectuellement, ces « Zombies » de l’enseignement, déroulent du cours comme on le ferait d’une pelote de laine, sans passion, sans émotions, et « tuent » le temps en attendant le retraite, pour ceux et celles en début de carrière, ça va être très long.
Peut-on raisonnablement vivre son métier, qui plus est celui de l’enseignement, de cette manière ?
 

Quelle issue ?

Si pour beaucoup d’enseignants, le besoin de reconnaissance est abandonné, le besoin de moyens, de conditions meilleures sont devenus des nécessités.
Aujourd’hui lorsqu’un enseignant sort d’une situation difficile, il le fait grâce à une performance personnelle. Cette performance, il la doit à son engagement, son temps, son intérêt pour son métier, et aussi pour des qualités personnelles qui dépassent largement ses outils pédagogiques classiques. A chaque situation compliquée il doit « réinventer » une nouvelle solution, et combien de temps va-t-il consommer encore ? Combien de moments difficiles doit-il vivre encore ? Pendant combien de temps va-t-il encore tenir ?

Quoi faire ?

Des solutions pour améliorer le travail des enseignants (et de leurs élèves), beaucoup ont été proposées et d’autres encore restent à découvrir, mais cela va prendre encore combien de temps ?
Une bonne part des situations sur lesquelles on peut agir vite, c’est ce que font déjà bon nombre d’enseignants, c’est de développer leurs propres moyens. L’idée et on la développera plus loin, n’est pas d’entrer en résistance, être assiéger et vouloir tenir le plus longtemps possible n’est pas la solution, comme dirait Laspalès « y en a qui ont essayé .. . », cela a duré qu’un temps.
Bien des sujets difficiles à régler ne sont pas du ressort des enseignants, alors la seule variable sur laquelle l’enseignant peut encore influer, c’est lui-même.

Bien sûr, certains diront que c’est à l’éducation nationale de prendre en charge les problèmes. Oui, mais comme elle ne le fait pas, doit-on attendre et continuer de travailler dans de mauvaises conditions ?

Quoi faire suite.

Si rien ne se fait, ce n’est pas l’éducation nationale qui souffre, c’est bien l’enseignant, et par voie de conséquence, les enfants et tout le système éducatif.
Pour bon nombre d’enseignants le mal est déjà fait, mais doit-on laisser continuer ? Une grande majorité d’enseignants ont intégré la fonction par vocation, pour exercer une fonction noble. La noblesse de la fonction a disparu, et si l’on ne fait rien, on risque de continuer de perdre des compétences, cette énergie, cette passion, ces talents.
Lorsqu’une majorité d’enseignant a mal à la  tête, est-ce qu’il faut attendre que l’éducation nationale propose une campagne de traitement à l’aspirine, ou doit on le prendre de sa propre initiative ?
Pour ceux qui attentent la campagne de traitement à l’aspirine, ils vont avoir mal à la tête longtemps.

Autre article à consulter:
Le ras le bol des profs

 

La solution le plus rapide aujourd'hui est la solution individuelle
Pour en savoir plus cliquez ici

prof serein

Pour développer ses capacités en matière d’interactions avec ses élèves, les parents, les collègues, la hiérarchie, il existe un ensemble de techniques dont le nom est l’APR (Accompagnant Profil Ressource).
L’APR est surtout un formidable ensemble de techniques de communication, de compréhension des autres et de soi-même, et surtout le moyen d’interagir efficacement sur les autres, et sur soi. La méthode est invisible, silencieuse, percutante.
L’APR a aussi un intérêt tout particulier pour soi-même, pour son propre développement, sa confiance et son estime de soi. Combien d’enseignants sont touchés dans leur estime, ou confiance en soi ? Combien portent le poids d’une culpabilité d’une (soi-disant) insuffisance professionnelle .

 

L’APR est une méthode pragmatique, réellement efficace et utilisable en toute circonstance d’interaction. Pour beaucoup, il a été dit que c’est la pièce manquante, c’est le « faire-savoir », qui permet de passer le savoir à l’apprenant.

De l’apprentissage pour les enseignants, bien évidemment ! L’enseignant dont c’est le métier de transmettre, connait la valeur des apprentissages nouveaux, et si il le croit bon pour les autres, il en est persuadé aussi pour lui-même. Que penseriez-vous d’un médecin qui pendant 10 ans, 20 ans ne s’est pas formé ? Que penseriez-vous d’un médecin qui ne veut pas de la nouveauté ? Si c’était le cas, en médecine, on en serait toujours à la saignée et à la sangsue !

Il est évident que la formation des enseignants pour le monde d’aujourd’hui, et les contraintes qui leurs sont imposées, est un des axes de progrès mais qu’est-il fait en la matière ? Les solutions sont multiples et il y a mille et un axes d’amélioration, mais cela ne reste que des velléités. Les burnout et les dépressions en masse, doivent-ils être les seules solutions pour « arrêter le massacre » ? A défaut de solutions plus structurales de l’enseignement, des institutions, il est possible de miser sur la réponse individuelle, sa propre prise en charge. Ce n’est que du coup par coup alors qu’il faudrait une vraie révolution, mais sous prétexte que l’on ne peut rien faire sur l’ensemble de l’éducation nationale, ne doit-on rien faire du tout, même individuellement?

L’APR est une de ces solutions, individuelle, alors qu’il faudrait repenser le système pour le refondre. Les enseignants sont dans l’urgence, attendre c’est laisser la situation s’aggraver, c’est maintenant qu’il faut agir.

Votre contribution

Nous vous proposons de commenter, ou d’apporter des sujets vous concernant soit des sujets sur lesquels vous souhaiteriez des réponses ou suggestions, soit des sujets sur lesquels vous avez trouvé des réponses.

Vous souhaitez en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir plus sur les techniques d'APR, cliquez sur le lien ci-dessous, et lisez les pages sur ce sujet. Vous pouvez aussi visionnez une vidéo explicative sur le sujet.

Plus sur l'APR.

Si vous souhaitez nous conctater, pour obtenir plus d'informations, sur la méthode, son contenu, les formations, les stages d'été en visioconférence, cliquez ci-dessous.

Nous contacter.

Commentaire (1) Clics: 2345

Commentaires

Jean-Claude
Après de longues recherches, j’ai opté pour cette formation de management avec l’APR, que je ne conn...
Joan
Je souhaitais remercier Thierry pour cette formation sur l’estime et la confiance en soi. Après avoi...
Laure
Bonjour,

Pour avoir déjà suivi une formation similaire en coaching, celle-ci d'une super qualité...
La formation que propose Thierry est très enrichissante. Une diversité de cours et d'approches de l'...
Etienne
Après un parcours pole emploi assez long, et une suite de formations sans intérêt, j'ai entrepris un...